Actu

110 chevaux combien en fiscaux ?

En termes simples, la puissance fiscale est une mesure de la puissance du moteur. Elle détermine la taxe d’immatriculation que vous payez. En Europe, le calcul de ce montant diffère selon les pays, voire les régions. Plus votre moteur est puissant, plus le coût des taxes et de votre assurance automobile peut être élevé. Il est donc important d’en tenir compte avant d’acheter votre véhicule. Voici ce qu’il faut savoir pour éviter les mauvaises surprises !

Qu’est-ce que la puissance fiscale ?

Pour une définition basique, la puissance fiscale est une mesure de la puissance du moteur. Plus précisément, la cylindrée du moteur, exprimée en cm³ ou en kilowatts (kW). Par exemple, un cheval-vapeur fiscal équivaut à 200 cm³ de cylindrée. Une voiture d’une cylindrée de 1600 cm³ a donc 8 chevaux fiscaux.

A lire aussi : Quelle est la différence entre le cachemire à 2 et 4 fils ?

Dans les moteurs électriques et les moteurs à combustion rotative, cette valeur est obtenue par sa puissance effective. Une autre valeur, qui n’a rien à voir avec la puissance maximale du véhicule sur lequel le calcul est effectué.

Si vous souhaitez utiliser votre véhicule sur la voie publique, vous devez l’immatriculer auprès du bureau d’immatriculation des véhicules. Ensuite, vous devez payer la taxe d’immatriculation. Vous recevrez normalement une demande de paiement dans le mois suivant celui de l’immatriculation.

A lire également : Quel âge a Michel Drucker ?

Rapport entre la puissance fiscale en kW et en chevaux-vapeur

En fait, essayer d’extraire la puissance réelle d’un moteur à partir de sa puissance fiscale est absurde. En fait, la puissance fiscale n’est pas une mesure physique qui indique la puissance réelle de la voiture. Par conséquent, ce n’est pas une valeur supportée qui peut être modifiée à partir de l’unité de mesure. Ainsi, il serait maladroit de demander : « Combien de chevaux fiscaux font 110 CV ? ».

Retenons que le cheval-vapeur fiscal est lié au cylindre du moteur de la voiture. Il ne pourrait avoir qu’une certaine similitude avec certains moteurs à aspiration naturelle du passé. Toutefois, il est impossible de faire une conversion exacte. Car de nombreux autres facteurs outre le cylindre du moteur déterminent la puissance réelle de la voiture. Par exemple, le nombre de tours par minute (tr/min) que le moteur peut atteindre ou le taux de compression.

Ce qui peut être converti sans problème, ce sont les kW en chevaux et vice versa. Multipliez le kW par 1,36 et vous obtenez la puissance en chevaux de votre véhicule. Bien sûr, si vous voulez convertir la puissance en kW, il suffit de diviser la puissance par 1,36 et vous obtenez le kW.

Convertir les chevaux imposables en chevaux fiscaux

Savoir calculer la puissance en chevaux est une chose, mais convertir cette puissance en revenus en est une autre. De nombreux automobilistes ne savent pas comment déterminer la puissance de leur véhicule et comment la convertir en chevaux fiscaux.

Il y a une nette différence entre la puissance du moteur et la puissance fiscale. Comme indiqué ci-dessus, la puissance fiscale est : exprimée en chevaux fiscaux. La puissance du moteur est : exprimée en chevaux-vapeur. Mais elle est généralement exprimée en ch.

Avec l’entrée en vigueur du cycle d’homologation WLTP en 2020, une nouvelle formule a été introduite. Celle-ci s’applique aux voitures homologuées à partir de cette année. Cette formule ne prend en compte que la puissance thermique et se définit comme suit :

Puissance fiscale = 1,34 + (1,8 * (Puissance en kW/100)^2) + (3,87 * (Puissance en kW/100))

Par exemple, calculons la puissance fiscale d’une voiture dont la puissance est de 110 ch. Le taux d’émission de CO2 de 135 g/km.

Après calcul, arrondissez à l’unité la plus proche pour obtenir le nombre de chevaux fiscaux. Par exemple 6 chevaux fiscaux pour une voiture de 110 ch.

L’impact de la puissance fiscale sur l’assurance automobile

L’impact de la puissance fiscale ne se limite pas à la taxe d’immatriculation. Votre prime d’assurance peut également augmenter en fonction de la puissance réelle du moteur, exprimée en kilowatts. En effet, plus la voiture est puissante, plus elle est susceptible d’avoir un accident. Faites une simulation en ligne pour voir l’effet sur votre prime. Indiquez le nombre exact de chevaux ou de kW dans la section « caractéristiques du véhicule ».

Par ailleurs, la taxe d’immatriculation diminue avec l’âge du véhicule. Plus la voiture est ancienne, moins vous devez payer. Pour connaître le montant exact, vous devez vérifier vos taux d’imposition. Cela a également une incidence sur l’assurance. Pour une voiture neuve, nous recommandons une assurance tous risques. Toutefois, si la voiture a plus de 4 ans, une assurance Minimum suffira.

Les critères de calcul de la puissance fiscale

Les critères de calcul de la puissance fiscale sont complexes et varient selon les pays. En France, elle est déterminée en fonction de plusieurs éléments : le nombre de cylindres, l’alésage des pistons, ainsi que leur course. La formule exacte pour trouver la puissance fiscale d’un véhicule est :

Puissance fiscale = (CO2 x 45 x volume moteur) / 40

Où CO2 représente les émissions de dioxyde de carbone du véhicule en grammes par kilomètre parcouru et le volume moteur correspond à la cylindrée du moteur exprimé en cm³. Cette méthode permet une évaluation objective et standardisée des voitures afin d’établir une taxation juste.

Il y a certainement des limitations.

Les différences entre la puissance fiscale et la puissance réelle du moteur

La puissance fiscale ne doit pas être confondue avec la puissance réelle du moteur. Cette dernière correspond à l’énergie que le moteur est capable de produire en chevaux-vapeur. Elle peut être mesurée de différentes manières, notamment sur un banc d’essai.

La différence entre ces deux types de puissances s’explique par les contraintes techniques et administratives. La puissance fiscale, établie selon une formule standardisée, vise avant tout à déterminer le montant des taxes dues par le propriétaire du véhicule. En revanche, la puissance réelle du moteur, elle, reflète les performances effectives de ce dernier au niveau dynamique.

Il n’est donc pas rare qu’un véhicule dont la puissance fiscale est faible puisse afficher des performances supérieures à celles d’une voiture plus imposante sur papier mais dotée d’un moteur moins performant dans les faits. D’où l’intérêt pour certains automobilistes avertis de se pencher davantage sur cette notion que sur son équivalent fiscal.

Il faut savoir que si certaines voitures offrent une puissance fiscale avantageuse pour leur taille ou leur type (certains modèles breaks bénéficient ainsi souvent d’une taxation inférieure aux autres), cela prendra généralement effet aussi au niveau des assurances automobiles qui, tout comme les impôts, sont liées directement à cette donnée technique.

Effectivement, même si ce critère n’est pas pris en compte directement pour le calcul des primes d’assurance, il impacte cependant le montant de ces dernières. Les voitures à forte puissance fiscale sont considérées comme plus risquées et donc payent souvent une prime d’assurance plus élevée que les véhicules moins ‘puissants’ sur papier.

Il faut comprendre la différence entre ces deux types de puissances afin de pouvoir faire un choix éclairé lorsqu’on achète une voiture • qu’il s’agisse d’un modèle neuf ou d’occasion. Effectivement, si la puissance fiscale peut sembler attractive au premier abord (notamment en termes de coûts), elle ne doit pas être le seul critère pris en compte dans cette décision importante qui engage notamment la sécurité du conducteur ainsi que celle des autres usagers de la route.

Article similaire