Loisirs

Jean Poiret : biographie de l’acteur, réalisateur, auteur, metteur en scène et scénariste français

Jean Poiret, de son vrai nom Jean-Gustave Poiré, (né le 17 août 1926 à Paris, France – décédé le 14 mars 1992 à Paris), acteur et auteur dramatique français. Découvrez plus sur son histoire.

Biographie

Jean Poiret, de son vrai nom Jean-Gustave Poiré, (né le 17 août 1926 à Paris, France – décédé le 14 mars 1992 à Paris), acteur et auteur dramatique français qui a écrit et joué dans la production originale parisienne de 1973 de La Cage aux folles. Il s’agit d’une pièce farfelue sur un couple gay qui a été jouée plus de 2 000 fois, a inspiré plusieurs films et a été adaptée en une comédie musicale de Broadway récompensée par un Tony Award. Poiret est mort d’une crise cardiaque à Paris le 14 mars 1992, trois mois avant la première du film. Il est enterré au Cimetière du Montparnasse à Paris.

A lire également : Quels sont les avantages de la consultation d'un blog de trucs et astuces ?

Œuvres célèbres

Apparences au film

    A lire en complément : Loisirs et pratiques culturelles des jeunes

  • Avocat, L’amour et la Française, Auerbach, Kingsley, 1961.
  • Jean-Pierre, Contes de Paris, Francos Incei, 1962.
  • Monsieur Fox, Trois fables d’amour, Janus, 1963.
  • Raoul, Merci le ciel pour les petites faveurs, International Classics, 1965.
  • Jean-Loup Cottins, Le Dernier Métro, United Artists, 1980.
  • Le Calife de Bagdad, Liberté, Égalité, Choucroute ! (Également connu sous le nom de Liberté, Égalité, Choucroute), SNC Films, 1985.
  • Inspecteur Jean Lavardin, Poulet au vinaigre, MK2, 1985.
  • Inspecteur Jean Lavardin, Inspecteur Lavardin, MK2, 1986, sorti sous le titre Inspecteur Lavardin, 1992.
  • Orlando Higgens, Je hais les acteurs (titre signifiant « Je hais les acteurs »), Gaumont, 1986.
  • Papu, Le miraculeux (titre signifiant « La guérison miraculeuse »), Cannon, 1987.
  • Bernard, Les saisons du plaisir, BAC Films, 1988.
  • Médecin charlatan, Corentin ; ou, Les infortunes conjugales, AAA, 1988.
  • Martin Morel, La petite amie, AMLF, 1988.
  • Octave Leroi, Une nuit à l’assemblée nationale, BAC Films, 1988.
  • Allard, L’élégant criminel, RKO Pictures, 1992.
  • Cyril Dujardin, Sup de fric (aussi connu sous le nom de Cash Academy), AMLF, 1992.
  • Apparaît dans le rôle de Tout, Trois Hommes sur un Cheval, 1970 ; dans le rôle de Squire, Le Mur del’Atlantique, 1970 ; dans le rôle de Constant, La Gueule de l’Autre (voir aussi ci-dessous), 1979 ; dans le rôle d’André Joeuf, Que les Gros Salaires Levent le Doigt ! 1982 ; Jean, Le septième cible, 1984 ; et Allard, Lacenaire, 1990 ; a également joué dans Mam’zelle Pigalle et Cette Sacre Gamine, tous deux en 1955 ; Assassins et Voleurs, La Terreurdes Dames, Adorables Demons, et La Vie est Belle, tous en 1956 ; Clara et les Méchants et Le Naïf aux Quarante Enfants, tous deux 1957 ; Nina et Oh Que Mambo, tous deux 1958 ; Messieurs les Ronds de Cuir et Vous n’avez Rien à Déclarer, tous deux 1959 ; La Française et l’Amour–Le Divorce et Candide ou l’optimisme a XXème siècle, tous deux 1960 ; La Gamberge, Auguste, Les Parisiennes– Antonia, et Les Snobs, tous 1961 ; C’est Pas Moi, C’est l’Autre, Les Quatre Vérités–Le Corbeau et le Renard, Un Drôle de Paroissien, et Les Vierges, tous 1962 ; La Foire aux Cancres, 1963 ; La Grande Frousse, Jaloux Comme un Tigre, et Le Petit Monstre, tous 1964 ; La Tête du Client, Les Baratineurs, et La Bourse et la Vie, tous en 1965 ; Le Grande Bidule, 1967 ; Ces Messieurs de la Famille, 1968 ; La Grande Lessive et Ces Messieurs de la Gâchette, tous en 1969 ; Basse-Cour, Pinot Simple Flic, et Villa à vendre.

Œuvre film ; réalisateur

Le Zèbre (le titre signifie « The Oddball » ; voir aussi ci-dessous), BAC Films, 1992.

Apparition sur scène

La Cage aux Folles (voir aussi ci-dessous), Théâtre du Palais Royal, Paris, 1973.

Apparaît dans le rôle de Monsieur Masun, L’Ami de la famille la Coquine ; apparaît également dans Opération Lagreleche, 1967, Le Vison Voyageur (voir aussi ci-dessous), 1969, Le Canard à l’orange, 1971, Joyeuses Paques (voir aussi ci-dessous), 1980, Les Clients, 1986, Pour avoir Adrienne, le train pour Venise, Vive de Sacre Leonard, et Fleur de cactus.

Apparitions à la télévision

Apparaît dans On Purge Bebe, Pour avoir Adrienne, 1976.

Écrits :

La Cage aux Folles (voir aussi ci-dessous), Théâtre du Palais Royal, Paris, 1973, puis Théâtre Variétés, 1977, et Théâtre Montparnasse, produit comme comédie musicale au Colonial Théâtre, Boston, MA, 1983, puis Palace Théâtre, New York City, 1983-87.

Auteur de Le Vison Voyageur, 1969 ; Douce-Amère, Théâtre de la Renaissance, 1970 ; et Joyeuses Paques (titre signifiant « Joyeuses Pâques »), 1980.

Pièce de théâtre

(Avec Francis Veber, Edouard Molinaro et Marcello Danon) La Cage aux Folles, United Artists, 1978.

Le Zebre (le titre signifie « The Oddball »), BAC Films, 1992.

Autres scénarios : La Gueule de l’autre, 1979, et Fefe de Broadway, 1983.

Auteur de Grosses Têtes (avec Michel Serrault), 1969, Il etait une fois l’opérette, 1972, et L’Impromptu de Marigny, 1974.

Autres ouvrages

Adaptations : La Cage aux Folles II, sorti chez United Artists en 1980, et La Cage aux Folles 3 : The Wedding, sorti chez TriStar en 1985, sont basés sur des personnages créés par Poiret.

Qui a-t-il épousé ?

En 1973, il a épousé l’actrice Caroline Cellier, avec qui il a eu un enfant.

L’influence de Jean Poiret sur le théâtre et le cinéma français

L’influence de Jean Poiret sur le théâtre et le cinéma français a été immense. En tant que comédien, il a marqué les esprits avec des rôles mémorables dans des films tels que Le Grand Blond avec une chaussure noire (1972) ou encore La Cage aux Folles (1978). Mais c’est surtout en tant qu’auteur, metteur en scène et scénariste qu’il a laissé sa trace.

Jean Poiret était un véritable touche-à-tout, capable d’écrire des pièces de théâtre à succès comme Joyeuses Pâques (1962) qui sera adaptée au cinéma quatre ans plus tard sous la direction de Georges Lautner. Il s’est aussi aventuré derrière la caméra pour réaliser deux longs-métrages : Le Zèbre (1992) et Tout est calme (2000).

Mais ce sont surtout ses collaborations avec Michel Serrault qui ont marqué l’histoire du théâtre français. Ensemble, ils ont créé plusieurs spectacles dont Les Diablogues de Roland Dubillard en 1963 ou encore La Cage aux Folles en 1973. Cette dernière pièce connaîtra un succès phénoménal et sera même adaptée à Broadway.

Son style d’écriture très particulier, mêlant humour décalé et ironie acerbe, a influencé toute une génération d’auteurs-compositeurs-interprètes comme Pierre Palmade ou Elie Semoun.

Jean Poiret restera dans les mémoires comme l’un des artistes les plus complets que la France ait connus au XXème siècle, ayant su briller sur toutes les scènes qu’il a foulées. Sa contribution au monde du théâtre et du cinéma est indéniable, et son influence perdure encore aujourd’hui dans le paysage culturel français.

Les récompenses et hommages rendus à Jean Poiret après sa mort

Malgré sa mort prématurée en 1992, à seulement 65 ans, Jean Poiret a laissé une empreinte indélébile dans l’histoire de la culture française. Son talent et son génie ont été reconnus par ses pairs et le grand public, qui ont rendu hommage à cet artiste exceptionnel.

Après sa disparition, plusieurs récompenses lui ont été décernées à titre posthume. En 1993, il reçoit le Molière du meilleur spectacle comique pour La Cage aux Folles II ainsi que celui du meilleur acteur pour Joyeuses Pâques.

En 1994, c’est au tour des Victoires de la musique d’honorer l’artiste avec une Victoire d’honneur spéciale remise par Michel Serrault. Cette cérémonie émouvante témoigne de l’impact qu’a eu Jean Poiret sur son époque et sur les générations suivantes.

Au-delà des récompenses officielles, plusieurs hommages lui ont été rendus dans les années qui ont suivi sa mort. En 2006, est créé un festival Jean-Poiret qui se tient chaque année à Saint-Chamond (Loire). Ce rendez-vous annuel rassemble des amateurs de théâtre et des professionnels autour des pièces emblématiques écrites ou jouées par Jean Poiret.

Plusieurs personnalités du monde du cinéma ou du spectacle n’ont pas manqué de saluer tout au long de ces dernières années le travail accompli par cet artiste complet lorsqu’il était encore vivant. C’est le cas notamment de Michel Blanc, de Jean-Pierre Bacri ou encore d’Emmanuelle Béart qui ont évoqué publiquement leur admiration pour Jean Poiret et son œuvre.

Jean Poiret aura marqué durablement l’histoire du théâtre et du cinéma français par son talent et sa créativité sans limites.

Article similaire